Ramonage cheminée et Fumisterie

Métier : Couverture - Zinguerie

RAMONAGE DE CONDUIT DE CHEMINEE
Le conduit de cheminée a pour vocation de rejeter les fumées issues de la combustion à l’extérieur, au-dessus du toit, d’une part pour ne pas polluer l’air ambiant, d’autre part pour éviter que ces fumées, qui peuvent être très chaudes, ne provoquent un incendie. Pour cela, le conduit doit avoir deux qualités essentielles : fournir un bon « tirage » (facilitant l’évacuation) et être protégé contre de fortes températures. Les risques les plus importants sont, en effet, le refoulement des fumées dans l’habitation avec danger d’asphyxie des occupants ou un sinistre dans le conduit lui-même, du fait des suies, goudrons et cendres qui s’accrochent aux parois et risquent de prendre feu. 
Dès lors que vous utilisez une cheminée, vous devez l’entretenir et pouvoir justifier de cet entretien. En premier lieu, parce que c’est une obligation réglementaire inscrite dans le règlement sanitaire départemental. En cas de contrôle, si vous n’êtes pas en règle, vous risquez une amende. Mais c’est aussi une obligation pour que votre assureur accepte de rembourser les dégâts d’un éventuel incendie. 
Seul un professionnel reconnu et habilité pourra vous fournir l’attestation officielle à conserver précieusement à l’issue de son intervention. Ceci est très important, car tous les procédés de ramonage ne sont pas admis. Il existe, par exemple, des procédés dits « chimiques », mais qui ne sont pas reconnus et dont certains peuvent présenter des dangers en raison des émanations qu’ils dégagent. 
Enfin, sachez que la fréquence des ramonages dépend de votre combustible. Pour une cheminée, un poêle à bois, à charbon ou à fuel, il importe de ramoner deux fois par an, dont une fois pendant la période de chauffe. Pour un combustible gazeux, un seul ramonage annuel suffit.